Description du projet

29/06/17 – Communiqué de la Société Scientifique de Médecine Générale

Des problèmes avec les outils de l’e-santé ?

LA SSMG OUVRE UN POINT DE SIGNALEMENT

« eCrash », tel est le nom emblématique du formulaire en ligne que la SSMG, la Société Scientifique de Médecine Générale, ouvre aujourd’hui à l’attention de tous les médecins généralistes désireux de relater leurs déboires avec les outils informatiques, du DMI aux fonctionnalités MyCareNet en passant par le certificat eHealth. But de cette vaste récolte de témoignages ? Répertorier les problèmes rencontrés sur le terrain, en cerner la nature et la récurrence, et en faire part aux autorités concernées.

illuLe Plan fédéral e-santé et l’informatisation de la pratique médicale ne soulèvent pas d’opposition de principe dans les rangs de la médecine générale. Celle-ci n’est pas une profession immobiliste, hermétique à des évolutions technologiques qui gagnent tous les secteurs de la société. Mais elle tient à rétablir la vérité : tout n’est pas aussi simple, instantané et convivial que le laissent entendre certains discours politiques.

La SSMG s’inquiète entre autres du rythme soutenu d’introduction de certains aspects de l’informatisation (on songe à l’obligation d’e‑prescription), tandis que, par ailleurs, le développement par l’Etat d’autres points d’action du Plan accuse un retard indéniable. Et elle est clairement contrariée à l’idée que les MG emploient des systèmes et applications instables, non aboutis, prenant du temps, sujets à des bugs fréquents − de surcroît si leur recours devient obligatoire dans l’exercice du métier.

Pour identifier les écueils techniques auxquels se heurtent les médecins généralistes, la SSMG a pris l’initiative d’une compilation de témoignages : elle ouvre un point de notification des problèmes. Tout médecin généraliste, qu’il soit débutant ou chevronné en informatique, est convié à se manifester via un formulaire en ligne baptisé « eCrash ».

La SSMG transmettra par la suite ses constats aux autorités et administrations concernées. « Cette collecte n’est pas une ‘entreprise de démolition’ de la dynamique de l’e-santé, l’opération se veut constructive. Relayer les témoignages doit contribuer à remédier à la méconnaissance qu’ont fréquemment les autorités des réalités de terrain, de sorte à ce que soient développés des outils − et des calendriers − plus adaptés », indique le Dr Thomas Orban, président de la SSMG.

La SSMG a l’appui, dans cette action inédite, du Collège de la médecine générale (la coupole rassemblant, outre la SSMG, les syndicats médicaux GBO et ABSyM, les ailes bruxelloise et wallonne du FAG, et les départements de médecine générale de l’UCL, ULg et ULB).

Il n’y a pas de contradiction à proposer un formulaire informatisé pour recueillir des récits de difficultés informatiques (*) : eCrash est particulièrement facile à utiliser par tous. On y accède directement via le lien ou en transitant par la homepage du site www.ssmg.be. Dans un premier temps, le médecin est invité à préciser le type de problème rencontré parmi une demi-douzaine de grands « domaines ». On y retrouve l’usage du DMI, le certificat eHealth, la prescription électronique, les outils MyCareNet, le sumehr… Mais la liste reprend aussi, plus globalement, le recours même à l’ordinateur (manque de formation, d’information, de maîtrise du logiciel DMI et de ses fonctions ; défaut de praticabilité en consultation, inadéquation à la visite à domicile…). Une fois la « bonne » catégorie cochée, le répondant voit s’ouvrir à l’écran une case qui lui permet de décrire librement sa situation.

(*) ne sont pas visés par l’initiative les problèmes liés à l’équipement informatique personnel du médecin ou à sa connexion internet. eCrash n’agira pas comme helpdesk.

Contact presse : Dr Thomas Orban, président de la SSMG, 0475/90.29.26