Sur quels critères opérer un diagnostic COVID-19 ? Pourquoi, comment la téléconsultation ? Que faire une fois le diagnostic COVID-19 posé : prélèvement, orientation vers un centre de triage, vers un hôpital ? Déconfinement : tracing ? Faut-il faire une déclaration ? Quelle rémunération pour la téléconsultation ou le travail en centre de triage ? Les réponses à ces questions dans les lignes qui suivent … 

————————————-

Introduction

Le virus SARS-CoV-2 est à l’origine du COVID-19. Ce virus appartient à la famille des Coronaviridae. On pense qu’il a une origine zoonotique et qu’il est le résultat d’une transmission cross-espèces.

  • Mode de transmission  : la  transmission se fait de personne à personne par gouttelettes.
  • Symptômes : les  symptômes les plus fréquents sont la fièvre, la toux et la dyspnée. L’infection peut causer une maladie bénigne, une pneumonie légère ou une pneumonie sévère. N.B. Un peu partout dans le monde on a constaté une hausse des cas d’anosmie (disparition brutale de l’odorat mais sans obstruction nasale) chez des patients suspects ou confirmés COVID 19, parfois accompagnée d’une disparition de goût (agueusie). (Source : INESSS)
  • Groupes à risque : les femmes enceintes et les enfants de moins de 6 mois  ne sont plus considérés comme groupes à risque. Pour les femmes enceintes, la décision d’un écartement préventif du travailleur à un poste adapté est de la responsabilité du médecin de travail.(Sciensano, 19/03/20)

NEW ! Récapitulatif des connaissances scientifiques actuelles (Sciensano, 15/05/20)

————————————-

  Diagnostic : quand un cas est-il suspect ? 
    • Définition de « cas possible »

Un cas possible de COVID-19 est une personne avec – au moins un des symptômes majeurs suivants d’apparition aiguë, sans autre cause évidente: toux; dyspnée; douleur thoracique; anosmie ou dysgeusie

OU

au moins deux des symptômes mineurs suivants, sans autre cause évidente :  fièvre; douleurs musculaires; fatigue; rhinite; maux de gorge; maux de tête; anorexie; diarrhée aqueuse sans cause apparente* ; confusion aiguë*; chute soudaine sans cause apparente (Chez les enfants, la fièvre seulement sans cause apparente suffit également pour envisager le diagnostic de COVID-19 pendant une épidémie. |Ces symptômes sont plus fréquents chez les personnes âgées qui peuvent présenter une infection aiguë de manière atypique.)

OU

– une aggravation de symptômes respiratoires chroniques (BPCO, asthme, toux chronique…), sans autre cause évidente (dernière mise à jour : 15/05/20)

    • Définition de « cas radiologiquement confirmé » (dernière mise à jour : 15/05/20)

Un cas radiologiquement probable est une personne dont le test PCR pour SARS-CoV-2 est revenu négatif mais pour lequel le diagnostic de COVID-19 est néanmoins retenu sur la base d’une présentation clinique évocatrice ET d’un scanner thoracique compatible.

    • Définition de « cas confirmé » (dernière mise à jour : 15/05/20)
      Un cas confirmé est défini comme une personne qui a un diagnostic confirmé par test moléculaire de COVID19. (Tests moléculaires : PCR ou Test Antigène rapide. Si un Test Antigène rapide est utilisé et que le résultat est négatif, un test par PCR doit être réalisé)
  • Indications de prélèvement – Qui doit être testé par un test moléculaire ? (Sciensano : 15/05/20)
    • Toute personne qui répond à la définition d’un cas possible de COVID-19, avec une attention particulière aux :
      • personnel soignant (personnes qui portent des soins et/ou de l’aide) ;
      • résidents et personnel d’une collectivité résidentielle . Dès deux cas possible dans la même structure, la stratégie de testing au sein de la structure sera adaptée selon la situation locale par les services de prévention et de contrôle des maladies infectieuses des entités fédérées.
    • Les personnes ayant eu un contact à haut risque avec un cas de COVID-19 et qui sont eux-mêmes en contact professionnel avec des personnes à risque de développer une forme sévère de la maladie (selon les modalités émises dans la procédure contact, à savoir un test au jour 12 de la période d’isolement).
    • Toute personne nécessitant une hospitalisation, y compris hospitalisation de jour (première fois). Si le résultat du test s’avère négatif, le test pourra être répété une fois selon le besoin clinique, car un résultat négatif pourrait également signifier que la personne est infectée mais encore en période d’incubation.
    • Toute nouveau résident qui entre pour la première fois dans une collectivité résidentielle. Si le résultat du test s’avère négatif, le test pourra être répété une fois selon le besoin clinique, car un résultat négatif pourrait également signifier que la personne est infectée mais encore en période d’incubation.
  • Un algorithme décisionnel face au patient COVID 19 possible. Ce test a été développé par la FAMGB (mise à jour : 10/05/20). Télécharger l’algorithme.

Précisions

  •  Eclairage sur la stratégie de testing : même s’il est destiné aux hôpitaux et collectivités, ce communiqué peut vous concerner en tant que MG (Sciensano: 24/04/20)
  • Le patient avec symptômes d’une infection respiratoire aiguë fait partie du personnel soignant (personnes qui portent des soins ou de l’aide) .(Sciensano : 22/04/20)
    • Si le patient fait partie du personnel soignant et s’il présente des symptômes respiratoires => prélèvement d’un échantillon pour le diagnostic de COVID-19 ET isolement à domicile,  en attendant le résultat :
      • si le résultat est positif (cas confirmé) : l’isolement à domicile est indiqué pendant minimum 7 jours après le début des symptômes ET avec au moins 3 jours sans fièvre ET avec une amélioration des symptômes respiratoires. || (2) Pour la reprise du travail, porter un masque chirurgical à tout moment dans la structure de soins jusqu’à la disparition complète des symptômes ET au moins jusqu’à 14 jours après le début des symptômes.• si le résultat est négatif : la poursuite du travail est possible dès que l’état clinique le permet mais avec le port d’un masque chirurgical jusqu’à la disparition des symptômes.
    • Les cas confirmés chez le personnel soignant ne doivent pas être déclarés sauf s’ils font partie d’un foyer dans une collectivité résidentielle
  • Personnel soignant testé dans le cadre d’un dépistage dans les collectivités. (Sciensano: 21/04/20)Pour le membre du personnel :
    • Asymptomatique ET PCR négatif : continue à travailler
    • Asymptomatique ET PCR positif : écarté sauf si personnel insuffisant : autorisé à travailler uniquement dans un service COVID
    • Symptomatique et PCR négatif : continue à travailler
    • Symptomatique et PCR positif : écarté. Voir détails: Sciensano: 21/04/20
  • Résident testé dans le cadre d’un dépistage dans les collectivités
    • Asymptomatique ET test PCR négatif: la personne reste dans un service / étage non -COVID avec un suivi étroit des symptômes et une hygiène stricte
    • Asymptomatique ET test PCR positif: ce résident est maintenant un cas confirmé de COVID-19. Voir les mesures d’isolement pour « résident symptomatique avec test PCR positif »
    • Symptomatique ET test PCR négatif: Isolement. N.B. L’analyse de l’endroit où une personne devrait être isolée ou rester isolée, doit être considéré
      au cas par cas. De préférence, la personne est isolée dans une pièce à l’hygiène stricte.
    • Symptomatique ET test PCR positif : voir directive des autorités régionales. Voir détails: Sciensano: 21/04/20

N.B. Dans sa procédure du 22/04/20 : Sciensano précise que « le prélèvement d’un échantillon pour le diagnostic de COVID-19 n’est pas recommandé chez les personnes asymptomatiques (en dehors du cadre d’une étude clinique) ». Néanmoins, si un tel échantillon a été prélevé, les mesures à suivre sont les celles mentionnées précédemment.

————————————-

Procédure de Testing-Tracing  

Depuis le 4 Mai 2020, un système de suivi des contacts des patients avec COVID-19 a été mis en place. Un centre d’appel est utilisé pour contacter ces personnes, leur demander de prendre les mesures nécessaires et identifier les personnes de leur entourage qui ont potentiellement été infectées. Pour ce faire, toute demande de laboratoire pour COVID-19 se fera via un formulaire numérique de déclaration obligatoire (formulaire électronique) (Sciensano : 04/05/20)

NEW ! Help-Desk Testing-Tracing

  • Questions sur l’utilisation / les résultats de Cyberlab : biss@memo.be ou 02 223 00 00 (24h/7j)
  • Toute autre question sur le suivi des contacts : 0800 980 06 – 7j/7 10h-18h
  • Utilisation de formulaires électroniques dans les progiciels : contacter le helpdesk des progiciels. Une application web pour ceux qui n’ont pas de DMI est en cours de conception.
  • Pour les patients sans numéro national (requis pour les eforms), vous pouvez créer un numéro BIS via le service e-health fonctionnel dans tous les DMI labellisés sous le nom de «consultRN» ou manuellement en envoyant un e-mail, avec le formulaire ci-joint rempli, à identification@ksz-bcss.fgov.be avec pour objet « CREATION DE NUMERO BIS – COVID 19 ». Vos demandes seront traitées avec priorité durant les jours ouvrables de 8h à 17h (Note du CMG).
  • Le processus de suivi des contacts : https://www.corona-tracking.info/

————————————-

Indications de prélèvements – Demande de tests de laboratoire

1. Toute personne dont l’état clinique nécessite une hospitalisation ET dont le clinicien a une suspicion COVID-19
2. Tout professionnel de santé qui remplit la définition de « cas possible » ET qui présente de la fièvre (cf. p. 2 de la Procédure GP).

 Procédure de prélèvement : procédure de prélèvement d’un échantillon nasopharyngé ou oropharyngé pour le diagnostic de CoVID-19 . Télécharger la procédure. (Sciensano : mise à jour le 06/05/20).

IMPORTANT !  Accompagner le prélèvement d’une copie imprimée du formulaire électronique de demande de test (car au 06/05/20, tous les laboratoires ne sont pas équipés pour lire les formulaires électroniques de demande d’analyse qui arrivent dans leur eHealthBox). Votre logiciel médical n’est pas encore équipé de ce formulaire ? Alors, exceptionnellement, vous pouvez utiliser le formulaire initial.

 N.B. Veuilez noter que le formulaire électronique est le seul moyen d’initier le processus de tracing si le test COVID-19 s’avèrait positif. 

Les laboratoires (dernière mise à jour : 27/03/20)

  • NEW !  Remboursement des tests de dépistage du Coronavirus pendant la pandémie de Covid-19:  voir les conditions ( groupes cibles et conditions de remboursement)

L’INAMI rembourse désormais 3 types de tests :

    • moléculaires (PCR), depuis le 1er mars : 46,81 euros,
    • antigènes, depuis le 1er avril : 16,72 euros,
    • sérologiques, depuis  mai : 9,60 euros.

————————————-

Hospitalisation

SI vous hospitalisez un patient suspect de COVID19 pour dégradation importante de son état général, il vous est demandé de former le 112 vous même et de signaler « pour transport patient COVID19 probable en dégradation de l’état général »

————————————-

NEW !  Déclaration de cas de COVID-19 et suivi des contacts

Déclaration auprès du Service de surveillance infectieuse régionale (Sciensano : 04/05/20)

La déclaration obligatoire de tous les cas suspects se fait via le formulaire électronique  ”COVID-19 : demande d’analyse laboratoire suspicion SARS-CoV-2 », intégré dans les progiciels électroniques destinés aux médecins généralistes et aux hôpitaux (Sciensano : 04/05/20 et 15/05/20) 

Les médecins généralistes doivent UNIQUEMENT déclarer les cas suivants:

  • Les médecins généralistes sont UNIQUEMENT tenus de signaler aux services publics les décès causés par un COVID-19 confirmé en dehors de l’hôpital ou d’un centre de soins résidentiel.
  • Il est rappelé l’importance de notifier toute situation de cas confirmés groupés dans une collectivité afin d’instaurer les mesures de contrôle nécessaires. Les maisons de repos déclarent tout cas et décès, possible ou confirmé, selon les modalités prévues dans chaque région à cet effet.

Suivi des contacts (Sciensano : 04/05/20)

  • Le suivi des contacts n’a lieu qu’après confirmation d’un cas avec un résultat de laboratoire positif. Si le médecin généraliste estime que le suivi des contacts est nécessaire, malgré un résultat négatif ou avant l’obtention du résultat (par exemple, lien clinique et épidémiologique très suggestif avec un cas confirmé), il doit l’indiquer explicitement dans la base de données centrale en remplissant un deuxième formulaire électronique «COVID-19: Signalement d’une suspicion de contamination pour résultats négatif de Laboratoire SARS-CoV-2 ».
  • N.B. Le médecin généraliste reste la figure centrale de tout le processus, étant donné sa relation de confiance unique avec le patient
  • Un outil à remettre à votre patient pour sa établir sa liste de contacts ou à remplir avec lui : lliste des contacts 

Où faire la déclaration ?

Quels codes utiliser  pour l’AVIQ ?

N.B.  L’AVIQ demande de bien vouloir utiliser les codes ICD10 suivants lors de la rédaction des certificats de décès

    • U07.1 COVID-19, virus identifié
    • U07.2 COVID-19, virus non identifié : Clinically-epidemiologically diagnosed COVID-19 |Probable COVID-19 | Suspected COVID-19

La téléconsultation

Ω – Pourquoi la téléconsultation ? 

    • Car  les consultations représentent sont bénins dans 80% de cas
    • Car la dégradation ( H°) est rapide : dyspnée et altération état général
    • Pour ne pas aller s’infecter : devenir contaminant et malade : trop de médecins ont attrapés le virus malgré leurs protections !
    • Car ce moyen, plus rapide qu’une consultation en cabinet, permet de prendre plus de cas par médecin.

————————

Ω – Position de l’Ordre des Médecins sur la téléconsultation (dernière mise à jour 23/03/20)

    • 23/03/2020 – Courrier du Bureau du Conseil National de l’Ordre des médecins concernant les certificats ITT. Cliquez ici.
    • 10/03/2020 – Télécharger le communiqué de presse du Conseil National de l’Ordre des Médecins du 10 mars 2020.

————————

Ω NEW !  Choix d’une plateforme de téléconsultation :  l’étude comparative de la plateforme e-Health vous aidera à choisir une plateforme pour vos consultations en ligne en toute connaissance de cause (11 plateformes comparées notamment sous l’angle de la sécurité des données).

————————

Ω – Téléconsultation : algorithme pour la téléconsultation (dernière mise à jour 26/03/20)

Les universités partenaires du Collège de Médecine Générale ont développé cet algorithme décisionnel pour vous faciliter le télédiagnostic. Télécharger l’algorithme.

————————

Ω – Honoraires MG de la téléconsultation et nouveaux codes (dernière mise à jour 14/04/20)

 Le 16/03/20 le Comité de l’Assurance de l’INAMI a pris la décision suivante : les médecins perçoivent un honoraire pour les consultations téléphoniques qui ont lieu dans le cadre de la crise du Covid-19. Ils peuvent facturer 20 euros pour le triage téléphonique des personnes potentiellement infectées par le Covid-19 et pour les consultations téléphoniques avec d’autres patients dans le cadre de la continuité des soins en particulier les personnes atteintes d’une maladie chronique. Les patients ne paient rien : les médecins facturent directement à la mutualité via le régime du tiers payant. Les surcharges et les suppléments ne sont pas autorisés. N.B. Cette mesure est temporaire. Télécharger la note CSS 2020/069.

Trois nouveaux codes pour permettre la facturation :  plus de détails dans la FAQ de l’INAMI (08/04/20)

    • 101990 : avis en vue du triage COVID-19 : 20€. Une seule fois par patient.. (INAMI – Communiqué du 04/04/20)
    • 101135 : avis en vue de la continuité des soins (y compris suivi COVID19) : cette prestation ne peut être attestée que 5 fois par patient par prestataire par période de 30 jours.
    • 101835 : nouvelle prestation « avis en vue du triage COVID-19 pendant le service de garde organisé de médecins généralistes ». N.B. (la prestation n’est pas reprise à l’article 2 de la nomenclature).   Cette prestation ne peut être portée en compte qu’1 seule fois par patient. La prestation ne peut pas être attestée le même jour avec les prestations 101135 ou 101990. Plus de détails sur:  INAMI – Communiqué du 04/04/20). Ce qu’en dit le CMG : communiqué du 11/04/20.

N.B. une même attestation ne peut pas contenir le code 101135 ou 101990 + un autre code du Chapitre Consultations, Visites et Avis.

 Remboursement de la téléconsultation étendu à d’autres professionnels de santé

A compter du 01/04/2020, le remboursement de la téléconsultation est étendu à d’autres professionnels de santé (psychiatre, psychologue, consultation oncologique multidisciplinaire, dentiste, etc ….). Plus d’infos.

————————

Ω – Certificat médical simplifié

Un modèle de certificat médical simplifié, réservé aux consultations en ligne, est disponible ! Cliquer ici pour plus d’ explications et télécharger le modèle. Si un certificat médical est nécessaire, il peut être envoyé au patient par la poste.

Les consultations, examens,etc … NON- COVID-19

Ω Consultations, examens et interventions

Ce 16/04/20, le SPF Santé du 16/04/20 envoyait un rappel relatif à   « l’application des lignes directrices par les acteurs de la santé » pendant cette crise COVID19  notamment « le report de toutes les consultations, examens et interventions non essentiels, y compris en ce qui concerne les soins ambulatoires en cabinet privé« . L’invitation rappelle qu’il « était d’emblée précisé que toutes les consultations, examens et interventions urgents et  nécessaires pouvaient bien sûr avoir lieu« .   Voir la procédure pour les soins ambulatoires dans un cabinet privé (Sciensano : 17/04/20)

Le Collège de Médecine Générale invite donc les généralistes à répondre à cette invitation de la manière la plus appropriée qui soit, en se protégeant le plus adéquatement possible. Il considère que la balance bénéfice-risque à ce stade de l’épidémie penche dangereusement vers le risque d’absence de soins essentiels nécessaires, et recommande donc de faire preuve de discernement pour décider quel patient doit être physiquement examiné ou non mais il souligne la nécessité de prendre les mesures de protection qui s’imposent pour ces consultations et rappelle une fois de plus aux autorités le besoin de masques FFP2 et autres équipements de protection.

————————

Ω Vaccinations

  • NEW ! Vaccin contre le pneumocoque : (Vaxinfopro – 20/04/20)
    • Personnes âgées : la vaccination des personnes âgées  en bonne santé contre le pneumocoque avec Pneumovax 23 n’est pas recommandée pendant cette période de COVID-19. C
    • Nourrissons : la vaccination avec le vaccin antipneumococcique (Prevenar 13) reste bien recommandée pour les nourrissons.

————————

Ω –  Confinement et déconfinement

  • NEW !  Premiers résultats d’une enquête Sciensano sur les conséquences de la crise du coronavirus sur la santé publique (16/04/20). Télécharger le rapport.

Les postes de triage

Ω – Centre de triage : définition 

Il s’agit de postes d’orientation créés spécifiquement pour examiner les patients susceptibles d’être infectés par le Covid-19, lorsqu’ils y sont envoyés par un médecin. Ainsi, ces patients ne doivent pas se rendre dans la salle d’attente d’un médecin généraliste ou aux urgences d’un hôpital, où ils pourraient contaminer d’autres personnes.

Si nécessaire, le poste de triage les oriente vers l’hôpital pour y être hospitalisés. Les postes de triage sont une initiative des médecins et des pouvoirs publics.

Chaque poste de triage est placé sous l’autorité d’un responsable médical chargé d’en garantir le fonctionnement quotidien. De plus, des coordinateurs médicaux y assurent l’organisation, le planning, la répartition des médecins, etc.

Ω –  Algorithme pour le tri clinique dans les centres de triage : télécharger (proposition du CMG : 22/03/20)

NEW ! Ω – Organisation et rétributions des centres de triage. En résumé

Rappelons que l’INAMI intervient pour :

  •  les frais de coordination médicale des centres de tri,
  • les frais de personnel administratif de soutien aux centres de tri,
  • les frais de personnel (médical, infirmier) en charge des prélèvements d’échantillons,
  • les frais de personnel médical pour réaliser les examens cliniques des patients qui le nécessitent.Deux textes importants, qui précisent ce financement, viennent d’être communiqués :1. L’arrêté royal n° 20 portant des mesures temporaires dans la lutte contre la pandémie COVID19 et visant à assurer la continuité des soins en matière d’assurance obligatoire soins de santé. Télécharger l’A.R.Cet arrêté comporte tout un chapitre sur les centres de triage et de prélèvement :
    La plupart de ces dispositions sont déjà connues et d’application : elles sont juste « bétonnées » dans une législation. Ainsi la définition d’un centre de triage et de prélèvement (art. 44), la procédure pour attribuer un numéro d’identification nécessaire à la facturation (art.45), les types d’interventions (et modalités de remboursement) pour les centres, à avoir une intervention forfaitaire pour le démarrage, la coordination journalière et le soutien infirmier et administratif, et intervention à l’acte pour les examens médicaux (art. 46 à 50).

    L’arrêté fixe aussi les montants forfaitaires auxquels les postes de triage ont droit pour la coordination par le coordinateur médical (80,34 euros par heure) et administratif (34,96 euros par heure) ainsi que pour le support infirmier (47,25 euros par heure). Dans les 3 cas, l’intervention ne peut pas dépasser un maximum de 12 heures par jour. Et l’intervention ne peut pas être cumulée avec d’autres interventions de l’assurance obligatoire (ce sera sans doute souvent le cas pour le support infirmier et le personnel administratif).

    L’arrêté contient également une disposition qui prévoit la rémunération des prélèvements effectués par des médecins ou des infirmiers, mais ce ne sera officialisé qu’après la publication d’un arrêté royal. Le Protocole dont question ci-dessous annonce déjà les montants.

    Pour rappel, la liste des centres de triage et de prélèvement peut être consultée sur la page INAMI

    Pour rappel aussi, les centres de triage et de prélèvement doivent avoir un responsable médical et un responsable administratif (la plupart du temps des responsables de l’hôpital auquel est accolé le centre de triage et de prélèvement), fonctions qui sont bien à distinguer de celle de coordinateur.

    2. Protocole d’accord conclu le 20 mai entre le Gouvernement fédéral et les Gouvernements des entités fédérées concernant la mise en place, l’organisation et le financement de centres de tri et de prélèvement dans le cadre de la gestion de la crise sanitaire Covid-19.  Télécharger le protocole.

    Ces dispositions sont trop longues pour être résumées ici.
    Relevons cependant que pour les prélèvements, le Protocole précise qu’ils peuvent être effectués par :

  •  soit par du personnel infirmier
  • soit par un médecin
  • soit par d’autres professionnels de soins de santé disposant de cette compétence.La présence physique d’un médecin n’est pas indispensable, mais le médecin qui assure la coordination sera toujours appelable (par exemple si un patient présente de symptômes plus sévères nécessitant un examen clinique pour évaluer si une hospitalisation est nécessaire).Le Protocole prévoit aussi pour les médecins qui effectuent des prélèvements une indemnité forfaitaire horaire de 80,34 € (47,25 € pour les infirmières). Mais, comme précisé supra, ces montants doivent en principe être publiés par arrêté royal avant d’être facturables : l’arrêté royal devrait être publié dans les prochains jours.Par ailleurs, si le Protocole précise bien que les centres de tri et de prélèvement sont placés sous la coordination médicale des cercles de médecins généralistes, il stipule aussi qu’en fonction des besoins du centre (coordination, examens et achats), le responsable médical et le responsable administratif évaluent la nécessité de déployer des médecins et des infirmières. Rappelons que le responsable médical et le responsable administratif sont généralement des hospitaliers (cf. supra).