Description du projet

Article publié le 02/07/2021

Un été synonyme de course à la vaccination pour lutter contre le super-variant Delta

Le point sur les variants en Belgique et brève révision de l’alphabet grec

Début juin, l’OMS a renommé les variants du coronavirus par des lettres grecques, au lieu des traditionnelles origines géographiques potentiellement stigmatisantes pour les pays concernés. Fini le variant anglais ou indien, place au variant Alpha ou Delta !

Quel est le taux de contamination des différents variants en Belgique au 02/07/2021 (présentation par taux de contamination ↘ et non par ordre alphabétique) ?
Source : Sciensano : Bulletin épidémiologique hebdomadaire du 02/07/2021

  • Le variant Alpha (Aα), ex variant anglais (B.1.1.7), reste (encore) le plus répandu en Belgique avec une taux de contamination ↘ à 65.2% (vs 71.3% la semaine dernière)
  • Le taux du variant Delta (Δδ), ex variant indien (B.1.617.2), plus contagieux, ↗ à 23% (vs 15.7% la semaine dernière)
  • Le variant Gamma (Γγ), ex variant brésilien (P.1), ↘ à 8.6 (vs 9.7% la semaine dernière)
  • Le variant Beta (Bβ), ex variant sud africain (B.1.351), clôture avec une ↘ à 0.8% (vs 1.2% la semaine dernière)

La proportion du variant Delta est donc encore en augmentation, même si le nombre absolu de cas confirmés dus au variant Delta reste limité, le nombre d’infections étant toujours en diminution actuellement :

Notez que les données des deux dernières semaines doivent encore être consolidées et que la catégorie « Non-VOC » désigne toute souche qui n’est pas l’un des variants de préoccupation principaux (B.1.1.7 (Alpha), B.1.351 (Beta), P.1 (Gamma) ou B.1.617.2 (Delta).

Delta, un super variant 97% plus contagieux que la souche d’origine du SARS-CoV-2

Selon le rapport de l’ECDC du 23/07, le variant Delta est 55% (95%CI 43-68%) plus contagieux que le variant Alpha et 97% (95%CI 76-117%) que la souche de base. Ainsi, au Royaume-Uni, le variant Delta est devenu dominant en 1 mois et représentait 91% des contaminations à la mi-juin, alors que ce pays enregistre le taux de vaccination le plus élevé en Europe. Selon les projections de l’ECDC (sur base des données disponibles actuellement), le variant Delta sera rapidement dominant en Europe et représentera 70% des nouvelles infections d’ici 1 mois à peine, et pourrait même monter à 90% fin août.

La couverture vaccinale jouera donc un rôle essentiel dans l’évolution de la propagation du virus et certains experts estiment que la couverture vaccinale de 70%, estimée avant l’apparition des variants, devra monter à 90% pour obtenir une immunité collective. La Belgique est encore loin du compte, comme en témoigne le taux de couverture vaccinale au 02/07/2021 (Source : Sciensano – Belgium COVID-19 Vaccination Situation : Belgium COVID-19 Epidemiological Situation) :

Vaccination partielle 18+Vaccination complète 18+
Belgique77.9%44.1%
Région flamande84%44%
Région bruxelloise56%36%
Région wallonne74%46%

 

Le variant Delta induira une hausse des hospitalisations et de formes plus sévères de la maladie

Des données en provenance d’Ecosse (1,8 ; 95%CI 1,39-2,47) et d’Angleterre (2,26 ; 95%CI 1,32-3,89) suggèrent un risque d’hospitalisation accru de 1.8 à 2.26 % en cas d’infection par le variant Delta par rapport au variant Alpha. Ce super variant étant bien plus contagieux, le nombre d’admissions à l’hôpital a presque doublé en un mois.

Toujours en se basant sur les données enregistrées au Royaume-Uni, il semblerait que le variant Delta ait un taux de léthalité inférieur à celui de son prédécesseur : 0,3% pour le variant Delta (95%CI 0,2-0,5%), contre 2,0% pour le variant Alpha (95%CI 1,9-2,0%). Ces chiffres sont à prendre avec des pincettes puisque, le variant Delta étant apparu récemment, la période d’observation est relativement courte.

Quel est le taux de protection des vaccins contre les variants ?

S’il n’existe pas encore d’études pour les vaccins J&J & Moderna, celles réalisées sur les vaccins Pfizer et AstraZeneca indiquent que la vaccination complète (2ème dose + 14 jours) avec ces vaccins est efficace contre les variants de la COVID-19 (y compris le variant indien (heuu… Delta 🙄).

Néanmoins, une vaccination partielle n’offre qu’une efficacité limitée contre le risque de développer une forme sévère de la maladie, ce qui explique que le variant Delta devienne dominant aussi rapidement et soit responsable d’une augmentation si rapide des courbes de contamination, y compris dans les pays les plus avancés dans leur campagne de vaccination (mais où le taux de vaccination partielle reste encore nettement supérieur à celui des vaccinations complètes).

Sur base de la couverture vaccinale actuelle, quel est le risque présenté par une circulation accrue du variant Delta ?

Évaluation du risque suivant l’algorithme de l’ECDC, sur base des données objectivées actuellement disponibles (couverture vaccinale, probabilité très élevée que le variant Delta devienne dominant, contagion, risque d’hospitalisation/formes sévères de la maladie plus élevés, efficacité moindre d’une vaccination partielle) :

ProbabilitéImpactRisque global
Population générale
Vaccination complèteFaibleFaibleFaible
0 à 1 doseTrès élevéeElevéTrès élevé > élevé
Personnes à risque
Vaccination complèteModéréeModéréFaible à modéré
0 à 1 doseTrès élevéeTrès élevéTrès élevé

Il est donc primordial que les personnes à risque soient rapidement vaccinées complètement le plus rapidement possible.

Obligation de quarantaine et de test pour les voyageurs revenant de pays à très hauts risques, même s’ils sont complètement vaccinés

En plus des codes couleurs européens déterminé par l’ECDC, la Belgique a, comme recommandé en p.12 du dernier rapport de surveillance génomique du laboratoire national de référence (UZ Leuven & KU Leuven), établi une liste de pays classés « à très hauts risques » de par une circulation préoccupante du variant Delta : Afrique du Sud, Argentine, Bahreïn, Bangladesh, Bolivie, Botswana, Brésil, Chili, Colombie, eSwatini, Géorgie, Inde, Lesotho, Mozambique, Namibie, Népal, Ouganda, Pakistan, Paraguay, Pérou, République démocratique du Congo, Royaume-Uni, Suriname, Trinité et Tobago, Tunisie, Uruguay, Zimbabwe.

Cette liste est régulièrement mise à jour sur le site info.coronavirus.be

De retour de ces zones, les Belges sont dans l’obligation de faire une quarantaine de 10 jours ainsi qu’un test PCR le premier et septième jour. Même en étant vacciné (deux doses) ou ayant fait un test PCR négatif avant de rentrer, la quarantaine restera d’application.

 

Les médecins ont donc un rôle clé à jouer dans la persuasion des hésitants vaccinaux.
Affaire à suivre donc.

Ariane Peters